Filmer une vidéo de reprise de chanson

Avec Justine, qui forme l’autre moitié de mon groupe Couple in the attic (et l’autre moitié de mon cœur aussi), on répète toutes les semaines, dans le but de jouer en concert. On s’est fait une liste de chansons d’autres groupes, et on réarrange le chant et les parties instrumentales pour qu’on puisse les jouer seulement à deux. Puis on les joue, on les rejoue, jusqu’à ce que ça rentre.

En ce moment on a envie de voir se concrétiser ce travail mais on n’est pas encore prêts à jouer en concert. Du coup, on s’est dit que ça serait sympa de se filmer en train de jouer une chanson, un peu comme en répétition, sans se prendre la tête sur les plans et la prise de son, et de la publier sur internet, par exemple sur notre page Facebook, ou une chaîne Youtube.

Samedi dernier on s’est posé dans mon home studio, j’ai placé mon enregistreur audio portable (un Zoom H4n) et on a commencé à faire des tests. Je me suis vite rendu compte qu’entre la guitare acoustique et la guitare électrique, il n’y avait plus assez de place pour la voix de Justine dans la pièce. J’ai donc ajouté un micro juste pour sa voix, que je mixe ensuite avec l’enregistrement du son de la pièce dans lequel il y a tous les instruments, y compris le chant évidemment.

Test vidéo reprise Couple in the attic

J’ai placé la caméra, et on a fait plusieurs prises. Dans l’ensemble, c’était cool, c’était bien.

Après réécoute des enregistrements, on s’est rendu compte que parfois le chant était un peu faux, ou que je me trompais dans la guitare, ou dans les paroles. En gros, c’est dur de faire une prise parfaite. Ça n’aurait pas été grave en concert parce que dans l’ambiance du lieu ou du moment, les gens n’aurait pas vraiment entendu, ou pas fait attention, l’instant est vite passé. Mais une vidéo sur internet, les gens peuvent se la repasser en boucle, et le défaut, il repasse en boucle aussi. Du coup c’est plus problématique de laisser un défaut comme celui là.

En ce moment je suis à fond pour publier un maximum de contenu, pour arrêter d’aller trop loin dans le perfectionnisme parce que ça m’empêche d’avancer. Mais là on peut clairement faire mieux avec un peu de travail. Donc on n’a pas publié de vidéo (pour l’instant).

Ce qui m’a frustré :

  • On y a passé une bonne partie de l’après-midi
  • Finalement on ne publie pas la vidéo
  • C’est dur de faire une prise parfaite en une fois

Ce qui est bien quand même :

  • Ça nous a fait travailler la chanson
  • On maîtrise mieux la partie vidéo et prise de son
  • On y est presque, il ne manque pas grand chose

Au final, ce que j’ai retenu de l’expérience :

  • Travailler plus la chanson avant de commencer l’enregistrement
    • Ça évite de perdre du temps
  • Faire moins de prises
    • Au bout d’un moment ça ne sert plus à rien on finit par se planter à chaque fois
  • Changer les cordes de guitare en avance
    • Les vielles cordes ça sonne faux, mais les cordes neuves aussi

Il ne faut pas se décourager parce que ça n’a pas marché cette fois-ci. Il faut juste travailler, comprendre pourquoi n’a pas marché, se concentrer sur comment résoudre le problème et trouver une solution. Créer ça demande du travail et c’est normal !

On va le faire. On va y arriver.

Loading Likes...

Montage et construction de bruitages en fiction audio

Depuis la semaine dernière, j’ai avancé sur le montage du prochain épisode des Echappés de Berçuel. Pas autant que je le voulais hélas, mais j’ai presque terminé la partie bruitages. A vrai dire, le placement et le choix de ces bruitages est terminé, et en général à ce moment là je commence la mise en scène proprement dite : placement dans l’espace, gestion du volume, des effets (reverb, échos, etc.), cohérence entre les différents éléments. Et si au passage je remarque qu’il manque un hululement de hibou, eh ben je le rajoute. Pour moi c’est vraiment à ce moment que l’épisode prend vie.

Construire des bruitages en fiction audio

Quelques notes par rapport à la construction de bruitages : parfois je ne trouve pas ce que je veux sur internet, je trouve que les sons ne permettent pas assez de se faire une image. Ou alors ce que j’essaie de représenter n’existe pas du tout dans le monde réel.

Du coup je prends plusieurs autres bruitages de trucs qui sont plus ou moins représentatifs de ce que je veux évoquer comme image et j’essaie d’en construire un moi-même. Parfois, je m’inspire de ce que j’ai entendu dans un film.

Par exemple pour des bruits de déplacement d’un personnage géant, j’essaie d’utiliser des sons d’abattage d’arbre et leur chute, je les retravaille, j’inverse leur sens (pourquoi pas ?), j’ajoute des bruits de choc de différents objets, de craquement. Je mets en valeur les sons graves pour que ça soit impressionnant et pourquoi ne pas ajouter un peu de delay (un effet qui permet d’ajouter des réflexions à un son) ? Vos oreilles sont les seuls juges.

Un autre bruitage qui m’a donné du fil à retordre c’est un jet de sable. Quand on lance du sable sur quelqu’un ça fait juste un bruit sec et sourd. Pourtant on s’imagine qu’on doit entendre les grains de sable se séparer, ou quelque chose dans le genre. On est uniquement à l’audio, on n’a pas l’image pour nous aider, il faut que le son soit suffisamment évocateur pour qu’on puisse se construire une image dans notre tête sans trop d’explications. Dans ce cas j’ai essayé d’utiliser des bruitages de mouvement de graviers, de petites pierres, pour le côté granuleux, associé au choc du jet d’une poignée de sable.

La phase de choix et de placement des bruitages est vraiment celle qui me plaît le moins dans la réalisation de fictions audio. Pourtant elle est super importante, parce que c’est elle (entre autre) qui donne des indications à l’auditeur sur ce qui se passe pendant la scène sans qu’il y ait besoin de tout décrire avec du texte. C’est plus agréable d’entendre des pages qui se tournent plutôt qu’un personnage qui dit à un autre “mais dis-donc Michel, pourquoi tu feuillettes ce livre ?“, non ?

Loading Likes...

Projet de nouvelle fiction audio, créativité, inspirations

En ce moment le temps passe très vite, beaucoup trop vite. Entre le boulot, les Sondiers, le montage du prochain épisode des Echappés de Berçuel, et me refaire The Legend of Zelda : A Link to the Past (Super Nintendo), j’ai du mal à me concentrer !

Le montage de Berçuel n’avance pas aussi vite que ce je voudrais, mais en même temps, y’a pas mal de travail dessus. J’en suis à construire des bruitages moi-même pour coller à l’ambiance !

Créativité

Ces derniers temps, j’essaie de stimuler, de redécouvrir ma créativité.  Pendant mon dernier voyage à Londres j’ai acheté deux livres d’Austin Kleon : Steal like an Artist et Show your work ! Tous les deux sont destinés à aider les artistes à aller de l’avant, à montrer leur travail et être plus visibles, à progresser, à redevenir créatif, quel que soit votre domaine (musique, écriture, peinture photo, etc.).

Austin Kleon Books

Je les  déjà terminé tous les deux, mais j’y reviens régulièrement, il y a plein de petits trucs bons à prendre indépendamment les uns des autres. Quand je me sens un peu bloqué au niveau création, j’aime bien feuilleter un de ces deux bouquins, ça m’aide. Faites un tour sur son blog, il donne des conseils, partage des inspirations, c’est intéressant.

Un autre truc que j’aime faire en ce moment, c’est écouter quand je prends mes notes. J’ai un petit carnet dans lequel je note mes idées, sous forme de liste, ou de journal. J’ai trop écouté de musique pendant ces moments où j’avais envie de créer et je me suis rendu compte que je perdais ma concentration,  mon flux d’idées. En ce moment je découvre qu’écouter l’environnement, la vie qui bouge autour ça pouvait être inspirant. Ecrire dans un train, dans un café, me balader en ville et être sensible à ce qui se passe dehors.

Mais bon des fois j’écoute quand même de la musique et là tout de suite j’écris cet article avec le son d’Andrew Applepie, un artiste que j’ai découvert grâce à Casey Neistat.

C’est l’artiste qui m’avait inspiré ma compo vanlife.

Mon projet de nouvelle fiction audio : quelques inspirations

Projet nouvelle fiction audio - notebook

Sinon ça fait un moment que j’ai envie de raconter une nouvelle histoire, sous forme de fiction audio. Un truc différent de tout ce que j’ai fait jusque là. que ce soit en terme d’ambiance, de format, de réalisation, de narration.

Ces derniers mois j’ai été inspiré par plusieurs oeuvres qui m’ont donné envie de m’y mettre :

Cinq : une fiction audio de l’équipe de créateurs Javras et François TJP. Son ambiance, son format et la retranscription de la solitude m’ont parlé.

Stranger Things : cette série originale Netflix a été une grosse claque pour moi. Les thématiques abordées, le côté science fiction (rétro en plus), la réalisation vraiment super, accentués par une musique géniale, hyper immersive et raccord avec l’univers et l’ambiance, tout ça m’a énormément plu, et inspiré. Pour moi, quand une oeuvre est inspirante, qu’elle te donne envie de créer toi aussi (même sans être parfaite), c’est qu’elle est réussie.

D’ailleurs si ça vous intéresse, le site Reverb.com a fait une vidéo sur les sons de synthétiseurs de la musique de Stranger Things : d’où ils viennent, comment ils sont fait, etc. Si vous parle anglais, foncez.

netflix stranger things poster

Broadchurch : la tension qui transpire de cette série, le rythme, le côté un peu suspendu, contemplatif de la réalisation m’ont fait rester assis sur le bord de mon fauteuil pendant chaque épisode des deux saisons.

Prendre des notes, matérialiser les idées

Bref, j’en ai sûrement d’autre des trucs qui m’inspirent pour ma prochaine fiction, mais j’ai pas encore tout identifié. En tout cas, je continue à prendre des notes sur mon carnet. Essayez, c’est pas mal.

Prenez des notes sur votre blog aussi. Je vois beaucoup de gens se désoler de la place que prennent les réseaux sociaux dans le partage d’informations, de voir que beaucoup de personnes font des “threads” (fils de discussion) de 15, 20 tweets voire plus au lieu d’en faire un article sur un blog. Je constate en tout cas que les gens réagissent plus sur les réseaux sociaux que sur mon blog. Mais je sais que je pourrais revenir lire mes articles, comme des notes, des réflexions, plus tard. Avoir un endroit qui vous appartient sur internet, je trouve que c’est important pour partager son travail 🙂

Loading Likes...

Nouvelle vidéo : l’horloge et la synchronisation avec un synthé – Les Sondiers

Il y a environ deux semaines, j’ai sorti une nouvelle vidéo sur le site Les Sondiers. Dedans j’aborde le sujet de l’horloge dans la musique et plus particulièrement son rôle quand on enregistre un instrument comme un synthétiseur qui a sa propre horloge interne.

Sans rentrer forcément dans les détails, je pense que c’est important de savoir au moins ce que c’est. En réalité le sujet est plus vaste que ça : l’horloge peut-être utilisé avec plein d’appareils midi de manière générale, en vidéo, etc. Si je me concentre sur le cas du synthé, c’est surtout parce que c’est un problème que j’ai rencontré. J’ai eu mon premier synthé il y a un an, et pouvoir caler le tempo de mon appareil avec celui de Reaper, le logiciel que j’utilise pour produire ma musique, c’est un truc dont j’ai vite eu besoin.

La vidéo, c’est un format que j’aime bien, que je trouve pratique pour parler de ce genre de choses. Ça me permet de montrer assez facilement ce que je veux dire, que ça soit des concepts ou des choses un peu plus techniques. En plus, j’aime bien tourner, monter de la vidéo, essayer de faire des plans sympa, d’avoir un montage intéressant.

C’est aussi pour ça que je fais des introductions à chacune de mes vidéos avec des plans fixes, et de la musique. Que je fais pas toujours le plan classique du youtuber face caméra, parfois en plongée. J’essaie de faire en sorte que ça bouge, que ça raconte quelque chose. Rien n’est interdit en création, y’a pas de règles. Alors j’essaie de me faire plaisir. Je remercie encore Casey Neistat de m’avoir fait comprendre ça.

En parlant de mes vidéos pour Les Sondiers, vous remarquerez que depuis quelques temps, j’y mets de la musique. Je la compose et la réalise moi-même, à chaque vidéo, selon l’humeur dans laquelle je suis, où l’émotion, le sentiment que je veux donner à ce que je raconte. Ça me permet plusieurs choses :

  • Pas de problèmes de droits sur la musique (pas de strike Youtube) vu que c’est la mienne
  • Je peux coller à l’ambiance, à ce que je veux raconter
  • Ça me fait produire de la musique régulièrement

Ces pistes musicales, que j’appelle Interludes chez moi quand je suis tout seul, j‘essaie de les réaliser rapidement, j’essaie de les garder simples. Ça me fait progresser en terme de production musicale, et en plus j’en profite pour me familiariser plus avec mes nouveaux outils, mon synthétiseur Novation Mininova et le plugin de batteries Modern Drummer de Native Instruments.

Par exemple, ma dernière vidéo débute sur un plan d’une horloge verte dont l’aiguille essaie de tourner mais est bloquée (les piles sont usées). Le mouvement de l’aiguille est synchronisé avec la musique. En réalité, le bruit d’horloge qu’on entend dans la piste musicale, c’est véritablement le bruit que fait cette horloge verte, que j’ai enregistré avec mon Zoom H4n. J’ai démarré uniquement avec ce bruit, et j’ai construit toute la composition autour de cet élément.

Voilà. Je trouve ça bien d’utiliser un de mes projets pour garder la main et m’améliorer sur la production musicale. C’est du boulot, mais en même temps, il faut bosser pour devenir meilleur et créer des choses !

En tout cas, n’hésitez pas à partager, commenter et surtout me faire des retours, c’est toujours très intéressant d’avoir votre avis sur ce que je fais.

Sinon je me suis remis sur le montage du prochain épisode des Echappés de Berçuel. En ce moment je construis des bruitages parce que j’ai du mal à trouver ce que je veux et que j’ai envie de coller au maximum à l’ambiance, pour donner un plus à la mise en scène. Et puis il faut dire que les scénarii écrits par MimiRyudo sont en général des challenges à bruiter et à réaliser 🙂

Loading Likes...