Category Archives: Blog

London and language

🇬🇧 Those of you who have been following me for a while know I moved from France to London almost 2 years ago.

While I keep working on various projects in my native language, I also started producing things in English. The main reasons are :

  • being able to share with people around me (who don’t speak French)
  • being able to share with way more people, everywhere

I might start writing in English here as well. I hope that’s okay. I might write a thing or two in French every once in a while. Just a heads up ūüôā

🇫🇷 Ceux d’entre vous qui me suivent depuis un moment savent que j’habite √† Londres, depuis presque 2 ans.

M√™me si je continue diff√©rents projets dans ma langue maternelle, j’ai aussi commenc√© √† produire des trucs en Anglais. Les principales raisons :

  • pouvoir partager avec les gens autour de moi (qui ne parlent pas Fran√ßais)
  • pouvoir partager avec beaucoup plus de gens, partout

Je vais certainement commencer √† √©crire en Anglais ici √©galement. J’esp√®re que √ßa vous pose pas trop de soucis. Je risque d’√©crire en Fran√ßais aussi un coup de temps en temps. Juste histoire de pr√©venir ūüôā

Loading Likes...

La page blanche et le manque d’inspiration

L’autre soir, je me suis pos√© dans mon home-studio pour composer de la musique.

Comme souvent, je suis devant mon instrument – ici un Maschine Mikro – et je me dis : et maintenant ? Je fais quoi ?

Et ensuite je suis bloqué.

Home studio Asmoth - Maschine Mikro

Volez des idées

Je sais rarement à quoi va ressembler ma création à la fin. Et je passe beaucoup trop de temps à essayer de le décider. Sans succès.

Par contre, je sais à quoi je veux que ma musique ressemble.

A quels artistes. A quels titres. M√™me si je ne veux pas me l’avouer.

Dans ce cas l√†, je les r√©√©coute. Je note des d√©tails : une m√©lodie, une suite d’accords, la construction d’un morceau, un instrument. Puis je les “vole”. Je m’en inspire.

L’id√©e n’est pas de copier coller le travail de quelqu’un d’autre. Mais je pense qu’il est vain de rester devant une feuille blanche en attendant qu’une id√©e incroyable nous vienne, toute seule, pour commencer √† cr√©er. Tous les artistes s’inspirent de quelque chose. Que ce soit d’un trajet en m√©tro, d’un paysage, d’un film, d’un livre, de l’art d’un autre.

On est tous influenc√©s par quelqu’un. Je trouve extr√™mement difficile √©motionnellement, artistiquement, de pr√©tendre que √ßa n’est pas vrai. √áa ouvre la porte √† la culpabilit√©, la perte de confiance, et ensuite on ne se sent pas l√©gitime.

A ce sujet je vous conseille √† nouveau de lire le livre d’Austin Kleon : Steal like an Artist – 10 things nobody told you about being creative (disponible √©galement en fran√ßais). Il a vraiment √©t√© lib√©rateur pour moi et nous rappelle qu’en fait : nous avons le droit de nous inspirer. Il faut juste ne pas le faire n’importe comment.

La feuille blanche

La prochaine fois que vous vous retrouvez devant une feuille blanche, réfléchissez à ce dont vous voulez vous inspirer. Prenez un moment pour reparcourir un livre que vous avez aimé, réécouter une chanson qui vous a marqué, revoir une vidéo ou un film important pour vous. Prenez des notes sur un carnet.

Quand je cr√©e, j’essaie de me concentrer pour r√©aliser quelque chose que j’aimerais √©couter, regarder, lire. Pas une oeuvre qui aurait du succ√®s, qui serait parfaite, qu’il faudrait faire de telle ou telle fa√ßon.

Un artiste a besoin d’un¬† mat√©riau de base pour cr√©er. L’art de quelqu’un d’autre peut en faire partie.

Laissez-vous aller.

Loading Likes...

Tu fais quoi dans la vie ?

Vendredi dernier, je suis all√© boire une bi√®re avec une amie qui est partie travailler au Chili et qu’on avait pas vu depuis plusieurs mois.

On √©change des nouvelles, elle s’absente, puis une de ses copines que nous ne connaissons pas vient nous voir avec Justine et entame une conversation avec nous. On discute, puis elle me demande : “Et toi, tu fais quoi dans la vie ?”

J’ai r√©pondu :

“Je fais de l’informatique, et je fais aussi de la vid√©o sur internet, je bosse sur des √©missions et des reportages sur le son. Et puis je fais de la musique aussi, et de la fiction audio.

Je te dis tout √ßa, c’est pas pour me vanter ou quoi, c’est juste que je pr√©f√®re parler de ce que je fais dans la vie et que j’aime. Je cr√©e des choses, je pr√©f√®re parler de √ßa que de mon travail !”

Et ensuite on a eu une super discussion très intéressante, on a parlé de notre EP, de vidéo, de création de manière générale.

Légitimité ?

Une des peurs que beaucoup d’entre nous avons, je pense, c’est que la question suivante soit quelque chose du genre “T’as fait quelque chose de connu ?“, laquelle peut √©galement sous-entendre “Tu gagnes de l’argent avec √ßa ?

N’ayez pas peur. Ne perdez pas occasion de parler de vos cr√©ations √† quelqu’un parce que vous pensez ne pas √™tre “l√©gitime”. C’est pas votre m√©tier ? Et alors ? Est-ce que √ßa veut dire que ce que vous faites n’a aucun int√©r√™t ? Que vous n’avez aucune comp√©tence ?

Ma fa√ßon de voir les choses, c’est d’en parler tout en restant humble, factuel, honn√™te. Attention √ßa ne veut pas dire se d√©valoriser. Vous √™tes amateur ? Dites-le, c’est pas la honte. Vous avez un boulot mais le week-end vous √™tes photographe de mariage ? Dites-le. ¬†Vous sortez des sagas mp3 ? Dites que vous r√©alisez des fictions audio, parce que c’est vrai. Si votre audience n’est pas nombreuse, que vous n’√™tes pas pay√© pour vos cr√©ations, n’ayez pas honte de le dire. √áa n’est pas un gage de qualit√©.

Imaginez, avec Les Sondiers, on va jusqu’√† Francfort, on passe 3 jours avec cam√©ra, micros, et on fait des interviews, des reportages sur un gros √©v√©nement sur le son et la musique en Europe. On a pas de carte de presse, on est pas une entreprise, ni une association, ni rien. On y va et on le fait. On a une accr√©ditation¬†presse pour acc√©der √† l’√©v√©nement, comme les professionnels, parce que les organisateurs permettent d’en faire la demande. Nous sommes journalistes au m√™me titre que les √©quipes pro qui sont pr√©sentes en m√™me temps que nous. Pour autant, on est conscient que √ßa n’est pas notre m√©tier, qu’on a pas fait de formation pour, qu’on a pas la m√™me audience.

Elle est o√Ļ la limite ? Quand est-ce qu’on a le droit de se sentir l√©gitime ? On se pose trop de questions, peut-√™tre par peur d’√™tre jug√©.

Se rendre visible, parler de ce qu’on fait, √ßa n’est pas se vanter, √† partir du moment o√Ļ c’est fait avec honn√™tet√©.¬†Austin Kleon en parle dans son livre¬†Show your work ! et je me suis surpris √† le faire naturellement. Florence¬†“La Mouette” a √©galement √©crit un article √† ce sujet, et aborde en m√™me temps la difficult√© qu’ont les personnes un peu “touche √† tout” √† se d√©finir.

Essayez : la prochaine fois qu’on vous demande, parlez de ce que vous cr√©ez dans la vie.

 

Loading Likes...

10 ans de cr√©ations sur internet – L’√©cosyst√®me cr√©atif

10 ans. Dix ans. J’arrive √† un √Ęge o√Ļ on commence √† pouvoir compter en d√©cennies.

Aujourd’hui, √ßa fait 10 ans que je me suis inscrit sur le forum Netophonix. J’avais d√©j√† commenc√© √† cr√©er des fictions audio avant, j’avais sans doute d√©j√† cr√©√© mon ancien site internet quelques jours plus t√īt (je vous parle m√™me pas des “pages perso” Voila ou Free…), mais mon inscription sur ce site correspond pour moi au moment o√Ļ c’est devenu r√©el.

Trouver un écosystème créatif

Le Samedi 9 Juin 2007, suivant les conseils de mon ami MimiRyudo, je me choisissais un pseudo – Asmoth, un anagramme de mon pr√©nom – et m’inscrivait sur ce site qui se d√©crivait comme “un petit univers pour les sagas, aventures, sketchs MP3 libres sur le net“. A l’√©poque je n’avais pas grand chose d’extraordinaire √† proposer : j’avais termin√© 3 √©pisodes de ma saga¬†Jacky et ses voisins et je bossais sur le 4√®me. C’√©tait clairement perfectible √† tous les niveaux.

Mais voil√†, le Samedi 9 juin 2007, j’ai int√©gr√© une communaut√© de gens qui partageaient la m√™me passion que moi : √©couter, cr√©er des fictions audio. C’√©tait √©norme √† l’√©poque, les r√©seaux sociaux n’√©taient pas ce qu’ils sont devenus aujourd’hui, Facebook d√©barquait √† peine en France, Twitter n’existait pas depuis tr√®s longtemps. J’avais trouv√© un moyen de partager mes cr√©ations √† des gens que √ßa int√©resse, d’en d√©couvrir de nouvelles, et de rencontrer les cr√©ateurs d’autres fictions (que je connaissais ou pas).

En termes de créations, il y a plusieurs notions que je défends particulièrement et la principale est de créer et publier régulièrement. Arrêtez de chercher la perfection, terminez-le boulot, publiez-le et passez à un nouveau projet.

Le probl√®me avec √ßa c’est que si votre public c’est uniquement votre famille et vos amis, √ßa peut vite devenir frustrant parce qu’ils √©coutent peut-√™tre uniquement pour √™tre sympa avec vous. Ce qui est super cool hein, mais si par exemple la fiction audio √ßa les int√©resse pas, c’est parfois compliqu√© de les amener √† √©couter, commenter vos oeuvres. C’est pour √ßa qu’il faut vous trouver¬†une communaut√©, un √©cosyst√®me de gens qui partagent les m√™mes int√©r√™ts. Le but n’est pas de r√©colter uniquement des avis positifs, c’est de trouver des gens qui connaissent le milieu, les codes, et avec qui vous √™tes capables de vous stimuler.

C’est ce que j’ai trouv√© avec Netophonix.

Austin Kleon parle dans son livre¬†Show Your Work ! et sur son blog de la notion de¬†Scenius, invent√©e par Brian Eno : il faut en finir avec la th√©orie du g√©nie solitaire qui du jour au lendemain sort un chef-d‚ÄôŇďuvre tout seul.

Catalyseur

Participer √† cette communaut√© a agit pour moi comme un catalyseur. √áa m’a permis de :

  • D√©couvrir des fictions audio
  • Rencontrer des amis
  • Apprendre les techniques du son
  • Progresser dans la r√©alisation de fiction audio
  • Participer √† des projets super
  • Saisir des opportunit√©s
  • Participer √† des conventions et animer des conf√©rences
  • Cr√©er

Ce que je suis aujourd’hui, ce que je fais sur internet en mati√®re de cr√©ation, beaucoup d√©coule de ce que j’ai v√©cu dans cette communaut√©.

Il y a 10 ans, j’√©tais loin de me douter qu’un jour :

J’oublie plein de choses √©videmment. Alors certes je n’ai pas des millions de gens qui suivent mon travail, je ne vis pas de mes cr√©ations, je ne suis pas¬†c√©l√®bre, je ne cr√©e pas autant de choses que je le voudrais, c’est pas aussi bien que ce que je voudrais. Mais toutes ces choses ne sont qu’une partie de l’iceberg. Le plus important c’est de cr√©er et de pers√©v√©rer. Et de recommencer. Comme le dit Casey Neistat : C’EST NOUS LE PUTAIN D’ICEBERG.

Merci

Merci √† tous ces gens qui m’ont aid√© ou inspir√© pendant tout ce temps.

Merci à Netophonix et sa communauté pour avoir permis tout un tas de trucs supers.

Surtout, merci MimiRyudo de m’avoir pouss√© √† m’inscrire l√†-bas et √† publier mes cr√©ations. √áa a chang√© ma vie.

Loading Likes...